Deux condamnations aux travaux forcés et un acquittement au bénéfice du doute dans une histoire de tentative et complicité de viol sur mineure

Deux condamnations aux travaux forcés et un acquittement au bénéfice du doute dans une histoire de tentative et complicité de viol sur mineure

Par: Jean-Marie NAFONHUNDE
09-08-2018

Cotonou, 08 août 2018 (ABP)- La Cour d’assises a condamné, ce mercredi, Agbo Elysée alias Marius Noudofinin et Urbain d’Almeida, à sept ans et cinq ans de travaux forcés et acquitté Joseph Kèkè au bénéfice du doute, dans une affaire de tentative de viol et de complicité de viol à Dantokpa en 2011 sur la fille A.N., mineure âgée de quinze ans.

Le 31 octobre 2011, aux environs de 14 heures, alors qu’elle vendait au marché Dantokpa, la nommée A.N., âgée de quinze ans a été appelée par les nommés Serge Allagbé et Elysée Agbo sous prétexte de vouloir acheter des verres à boire. Arrivée auprès d’eux, les deux individus l’ont fait entrer dans une boutique, l’ont bâillonnée et ont abusé d’elle. Surpris par un gardien, Serge Allagbé et Elysée Agbo ont été confiés par ce dernier à Joseph Kèkè pour qu’il les conduise au commissariat. Mais Joseph Kèkè laisse Serge Allagbé et Elysée Agbo s’échapper puis demande à Urbain d’Almeida d’abuser, à son tour, de A.N. Celle-ci s’est opposée et Urbain d’Almeida s’est mis à exercer des violences sur elle quand les usagers du marché qui passaient l’ont secourue.

Inculpés pour viol et usurpation d’identité, Elysée Agbo qui, une fois interpellé, s’est fait passer pour Marius Noudofinin, a reconnu les faits à l’enquête préliminaire avant de se rétracter devant le juge d’instruction. Il en est de même de Urbain d’Almeida et de Joseph Kèkè respectivement inculpés pour tentative de viol et complicité de viol. Quant à Serge Allagbé, il n’a pas été appréhendé.

La Cour a décrété le huis clos pour les débats.

Seul Joseph Kèkè a été acquitté au bénéfice de doute. Agbo Elysée alias Marius Noudofinin et Urbain d’Almeida ont été condamnés à sept ans et cinq ans de travaux forcés.

La tutrice de la victime qui a tenté de se constituer partie civile, a été déboutée par la Cour et ainsi parce qu’elle n’est pas parente de la victime. Au nombre des avocats des accusés, il y a Me Paul Kato Atita et Me Arthur Balley. L’avocat de la partie civile est Me Alexandrine Saïzonou Bèdiè.

La Cour a été présidée par Mme Marie Soudé Godonou. Les assesseurs sont Olivia Kploca Hungbo et Angelo Togbé. Cécil Mario Mètonou a représenté le Ministère public. Me Théogène Zoutchékon a tenu la plume.

ABP/JMN/JFH


Revue de presse

La presse nationale à fond sur les grandes décisions issues de la session à l’Assemblée Nationale

19-03-2019
Cotonou, 19 Mars 2019 (ABP)-La politique, le développement et l’éducation sont, entre autres, les sujets développés par les quotidiens parvenus à la rédaction de l’ABP ce mardi.« Session parlementaire...
Agro-business
Opinion

Révision de la Constitution: En attendant la légitimité, la preuve du courage de Talon

31-07-2017

Par: Joseph Vodounon Djodo
Comme toutes réformes politiques  importantes, celle de la révision de la constitution du 11 décembre 1990 suscite beaucoup de...
Publicité

Voyages
Navires

Create Account



Chers internautes et fidèles partenaires,
En raison de la migration en cours vers une plate-forme entièrement rénovée et plus moderne, des perturbations s’observent actuellement sur le site web de l’Agence Bénin Presse (ABP).
La Direction Générale vous présente ses sincères excuses pour les désagréments subis et vous rassure que des dispositions idoines sont prises afin que la situation se rétablisse dans les heures à venir.
Agence Bénin Presse, Leader de l’information des régions